Accueil » Uncategorized » Amélie Ravaut, Evolutions de la représentation de la famille dans le cinéma italien des années 60 à nos jours

Amélie Ravaut, Evolutions de la représentation de la famille dans le cinéma italien des années 60 à nos jours

Evolutions de la représentation de la famille dans le cinéma italien des années 60 à nos jours

Amélie RAVAUT

Problématique de la communication :

La visée principale de cette communication est de dresser un panorama tout à la fois  historique, sociologique, politique et esthétique de la représentation de la famille italienne dans le cinéma transalpin des années soixante à nos jours.

Un large corpus de films sera étudié en vue de mettre en avant les caractéristiques de ces réalisations et son évolution au fil de l’histoire, tant sociale et idéologique, qu’artistique et cinématographique.

 

Corpus d’étude :

Visconti : Rocco et ses frères (60), Le Guépard (63), Sandra (65), Les Damnés (69), Violence et passion (74), L’innocent (76).  Bertolucci : Prima della Rivoluzione (64), La stratégie de l’araignée (70), Le conformiste (70), Le Dernier Tango à Paris (72), 1900 (75), La Luna (79), La Tragédie d’un homme ridicule (81).  Bellocchio : Les poings dans les poches (65), Au nom du père (72), Le saut dans le vide (80), Le yeux, la bouche (82), Le sourire de ma mère (2002), Le metteur en scène de mariage (2006), Sorelle mai (2010).  Mais aussi Histoire de Piera (83) de Ferreri, Amarcord (73) de Fellini, Padre Padrone (77) des frères Taviani, plusieurs films de Monicelli dont Une famille formidable (92) mais aussi Scola avec Affreux, sales et méchants (76), Une journée particulière (77) et La famille (87) et Pasolini avec Mama Roma (62), Œdipe Roi (67), Théorème (68), Médée (69). Pour les dernières décennies, les films de Moretti, Journal intime (94), Aprile (98) et La chambre du fils (2001) et ceux de Crialese : Respiro (2002) et Golden Door (2007).

Résumé de la proposition :

La famille est un thème récurrent de la production cinématographique italienne. Qu’elle soit représentée sous les traits satiriques d’une joyeuse tribu, d’un groupe de coquins sans scrupule ou encore présente sous les traits d’un microcosme aliénant, un cadre moralisateur prolongeant les préceptes religieux ou bien encore une épine dans le pied d’un personnage, la famille italienne nous donne du fil à retordre mais est précieuse pour l’analyste et l’historien.

En effet, les multiples évolutions de sa représentation au cinéma depuis les années 60 nous en indiquent d’autres, tout à la fois historiques, sociologiques, politiques mais aussi et surtout esthétiques et artistiques. Prima della Rivoluzione de Bernardo Bertolucci et Les poings dans les poches de Marco Bellocchio, réalisés en 64 et 65, marquent un tournant important dans cette représentation et annoncent les évènements et bouleversements à venir. Dès lors, famille, individus, religion et état feront plus ou moins bon ménage à l’écran, traduisant l’évolution des mœurs, des pratiques, des modes de vie et des aspirations individuelles.

Après avoir défini ce qui est entendu par « famille au cinéma », posé un cadre théorique à ce travail et explicité le choix du corpus d’étude, nous développerons les enjeux et problématiques sous-jacentes à sa représentation, ses particularités nationales ainsi que les genres auxquels elle est généralement associée.

Dans un premier temps et grâce à un large corpus filmique (Visconti, Bertolucci, Bellocchio, Ferreri, Scola, Moretti, Fellini, etc.), nous dresserons une typologie de la famille dans ces productions et ce, d’un point de vue sociologique (famille/société/morale/religion), politique (famille/Etat/droit/individus), artistique (famille/filiation/adaptations littéraires) et psychologique (famille/secrets de famille/intimité).

Enfin, dans un second temps, nous mettrons en avant l’évolution de cette représentation chez les cinéastes, à travers les genres et au fil des décennies, tout en évoquant en parallèle les autres cinématographies européennes et les changements sociétaux de ces cinquante dernières années (mariage, union libre, divorce, famille recomposée ou élargie, fratrie, etc.).

Pour terminer, nous nous intéresserons à cette famille italienne du point de vue de l’étranger, c’est-à-dire, des cinéastes d’origine italienne ou de la représentation cinématographique étrangère, essentiellement européenne, de la famille italienne.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :