Accueil » Uncategorized » Nicolas Rafin, Christophe Lamoureux, La séparation dans tous ses états ?

Nicolas Rafin, Christophe Lamoureux, La séparation dans tous ses états ?

La séparation dans tous ses états ?

Le traitement cinématographique des ruptures d’union par les films populaires français

contemporains (1990-2012)

Nicolas RAFIN et Christophe LAMOUREUX

Face à la forte croissance des ruptures d’union depuis une quarantaine d’années et à l’avènement d’un modèle de séparation pacifiée1, il convient d’observer comment la production cinématographique française dépeint les ruptures d’union et leurs conséquences sur les structures familiales. Ainsi, cette proposition de communication vise à appréhender la manière dont le cinéma populaire français2 a rendu compte des séparations ces dernières années. Les couples quel que soit le statut juridique (mariage, union civile, union libre) auquel ils se rattachent sont soumis au même modèle de régulation socio-judiciaire des dissociations conjugales. Ce modèle de séparation pacifiée (ou « civilisée »3 au sens où Norbert Elias l’entend) porté par différents acteurs socio-judiciaires (médiateurs familiaux, certains avocats et juges aux affaires familiales) suppose que le couple s’accorde non seulement sur le principe de la séparation mais également sur les modalités de celle-ci en limitant l’ingérence des agents et des instances socio-judiciaires. Dans cet esprit, le film Divorces (GUIGNABODET, 2008), traite d’un couple d’avocats spécialisés dans les affaires familiales eux-mêmes confrontés à l’épreuve du divorce. Le récit dresse le portrait d’avocats prônant des  principes de sérénité et d’apaisement à leurs clients engagés dans une procédure de divorce, principes qu’ils ne parviennent pas à mettre eux-mêmes en pratique dans le cadre de leur propre divorce…

Il s’agira, dans cette communication, d’examiner comment les fictions contemporaines se nourrissent et restituent ce modèle normatif de séparation dont on peut supposer qu’il donne lieu à des réalités et des « interprétations » différentes selon les milieux sociaux. De nombreuses enquêtes sociologiques4 ont montré que la manière tant de concevoir la rupture que de traiter des effets des dissociations conjugales sur les structures familiales et sur les économies domestiques variait selon les groupes sociaux. Le modèle de la séparation pacifiée ne s’applique pas de façon unifiée pour tous les couples en situation de se séparer. En effet, lorsqu’il est question de la prise en charge des enfants ou lorsque se décide l’attribution du logement et des différents biens des ex-conjoints, se détermine le montant d’une ou des pensions alimentaires et éventuellement d’une prestation compensatoire, les séparations selon les milieux et contextes sociaux dans lesquels elles se jouent, se trouvent recouvrir différents niveaux de conflictualité. On pense par exemple aux séparations des jeunes couples sans enfants et disposant peu de biens communs, des couples d’agriculteurs5 et de petits indépendants sur le point de prendre leur retraite, des couples mariés hétérogames pour qui la rupture conduit à d’importants déséquilibres financiers entre les deux nouvelles configurations familiales, ou encore de certains couples de milieux populaires en difficulté pour répondre à la norme de coparentalité et pour générer une pension alimentaire pour l’entretien et l’éducation des enfants étant donné la précarité de leurs économies domestiques6. Les films comme Les papas du dimanche (BECKER, 2012), Partir (CORSINI, 2009), ou encore Génial mes parents divorcent ! (BRAOUDE, 1990)  construisent différents récits de situations conjugales et familiales permettant de reconstituer ces temps de crise familiale.

La question est donc de savoir comment le cinéma populaire français rend compte de cette différenciation sociale des manières de se séparer et des façons de traverser l’épreuve de la séparation. Il s’agira d’une part, de voir quels sont les types de séparation qui ont le droit de cité à l’écran et d’autre part, à partir de différents indicateurs (plans réservés au traitement judiciaire de la  séparation, présence de professionnels chargés du traitement socio-judiciaire de la séparation, mode de garde entérinée par le couple, type d’union, type de procédure de divorce, enjeux de la séparation etc.), de saisir les portraits des séparations qui sont dressés par ces fictions. Enfin, ce travail s’intéressera également aux dispositifs de mise en scène convoqués pour saisir et faire vivre socialement les expériences de séparations ainsi qu’aux fonctions dévolues à ces derniers dans la structuration des fictions, leur mise en intrigue et leur résolutions.

 1 Bastard Benoît, Les démarieurs, enquête sur les nouvelles pratiques du divorce, Paris, La découverte, Coll.

Alternatives sociales, 2002.

2 Il faut, ici, entendre dans son sens large par « cinéma populaire français » cet éventail de films produits en France dans différents genres et distribués dans les multiplexes. Leur argument de vente (diffusion, promotion) et de consommation porte surtout sur la thématique et la distribution. Cela n’interdit pas d’examiner la fonction de divertissement dont ces films s’acquittent auprès du « Grand public » dans la capacité qu’ils ont de remettre en fiction des registres et des contentieux de la vie sociale à la fois proches (identité) et lointains (altérité).

3 Elias Norbert, La civilisation des moeurs, Paris, Calman-Lévy, 1991.

4 Boigeol Anne et Commaille Jacques, « Divorce, milieu social et situation de la femme », Economie et Statistique, 1974, Vol. 53, n°53, p.3-21.

Boigeol Anne, Jacques Commaille, Marie-Laurence Lamy, Alain Monnier et Louis Roussel, Le Divorce et les Français I ; enquête d’opinion, INED, Cahier n°69, PUF, Paris, 1974.

Théry Irène, Le Démariage, Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 1993.

Martin Claude, L’après divorce, Lien familial et vulnérabilité, Rennes, PUR, 1997.

Bessière Céline, Gollac Sybille (et alii), Au tribunal des couples. Situations professionnelles des conjoints et procédures judiciaires de séparation conjugale, Rapport pour la Mission Droit et Justice, 2010.

5 Bessière Céline, De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d’agir, 2010.

6 Rafin Nicolas, Quand la séparation tourne à l’affrontement judiciaire… De l’émergence du modèle du « bon » divorce au traitement judiciaire des séparations conflictuelles, thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Stéphane Beaud, Université de Nantes, 2012.

Corpus filmique :

Génial, mes parents divorcent !, BRAOUDE Patrick, France, 1990 ;

– La séparation, VINCENT Christian, France, 1994.

Parlez-moi d’amour, MARCEAU Sophie, France, 2002 ;

5 x 2, OZON François, France, 2003 ;

Le démon de midi, OSTERRIETH Marie-Pascale, France, 2005 ;

Les enfants, VINCENT Christian, France, 2005 ;

L’un reste, l’autre part, BERRI Claude, France, 2005 ;

– Les grandes occasions, SLADE Bernard, France, 2006 ;

– La maison, POIRIER Manuel, France, 2007 ;

Le prix à payer, LECLERE Alexandra, France, 2007 ;

Divorces, GUIGNABODET Valérie, France, 2008.

Mes amis, mes amours, LEVY Lorraine, France, 2008 ;

Partir, CORSINI Catherine, France, 2009 ;

Une semaine sur deux (et la moitié des vacances scolaires), CALBERAC Ivan,

France, 2009 ;

L’amour dure trois ans, BEIGBEDER Frédéric, France, 2011 ;

Les papas du dimanche, BECKER Louis, France, 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :